All posts in Femmes2017

RECORD ANNONCE DE FEMMES A L’ASSEMBLEE NATIONALE : UNE FEMME À LA PRÉSIDENCE DE L’ASSEMBLÉE

Panorama_de_l'hémicyle_de_l'assemblée_nationale

Avec 245 femmes en tête à l’issue du premier tour des législatives, l’Assemblée nationale est en passe de bientôt compter environ 40% de femmes députées. Politiqu’elles salue cette avancée, qui ferait passer la France de la 63e place mondiale pour le nombre de femmes députées à la 12e place, parmi des pays exemplaires sur le sujet de la parité dans les institutions parlementaires.

Toutefois, Politiqu’elles reste vigilante. Cette avancée est le fruit de la décision d’un seul mouvement, La République en marche !, LR et le PS préférant toujours payer des amendes plutôt que de présenter autant de femmes que d’hommes. Cette culture de la parité doit être présente dans tous les partis et il est fort dommage que le discours féministe et le montant des sanctions financières n’aient toujours pas conduit les autres partis de gouvernement à opérer une mutation sur le sujet, sans compter qu’un certain nombre de femmes investies l’est parfois dans des circonscriptions réputées peu gagnables. Le non-cumul des mandats a aussi eu pour conséquence de renouveler les candidates et candidats à ces élections législatives.

Si le résultat du premier tour se confirme lors du second, nous appelons à rester attentifs. La quasi-parité quantitative qui se profile doit également se vérifier dans la vie parlementaire quotidienne, notamment à la direction des commissions (leurs présidences sont paritaires depuis 2012), dans la composition des commissions (on compte beaucoup plus de femmes dans les commissions moins prestigieuses des familles, de l’environnement et de la culture et beaucoup moins dans les plus prisées comme les finances et les affaires étrangères), dans la répartition du temps de parole lors des débats ou encore dans le placement des sièges, la plupart étant reléguées hors-caméras.

L’affaire Baupin nous conduit par ailleurs à redemander la mise en place à l’Assemblée d’une structure indépendante des partis politiques afin que les femmes députées ou les collaboratrices parlementaires puissent dénoncer rapidement et en toute sécurité les comportements sexistes et les agressions de nature sexuelle.

Et si, pour poursuivre sur cette bonne voie, l’Assemblée décidait aussi d’élire enfin une femme à sa tête, après plus de deux siècles de présidence de Parlement 100% masculine ? Cela enverrait un signal positif, les élus qui parlent d’égalité salariale ou familiale devant eux-mêmes être exemplaires !

 

À ce titre, nous avons rejoint le projet Parité au pouvoir lancée par WAX Science, qui a rédigé le rapport « La Parité à l’Assemblée nationale : le data au service de l’égalité femmes – hommes » Grâce à l’analyse de données publiques de l’Assemblée, ils ont réussi à montrer que les femmes députées, outre leur faible nombre, cumulent moins de mandats dans le temps, sont moins bien placées dans l’Assemblée, siègent dans les commissions les moins prestigieuses et prennent moins la parole. Grâce à ce rapport et à des propositions que nous avons formulées, nous voulons mettre la parité au cœur de la prochaine législature. Ce rapport sera envoyé aux député.e.s de cette nouvelle législature dès le lendemain de leur élection.

 

Version mobile 
La parité à l’Assemblée nationale - le data au service de légalité femmes hommes

[Communiqué de presse] : ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Emmanuel Macron

ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Ce mercredi 17 mai le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la composition de son gouvernement, le premier sous la présidence d’Emmanuel Macron, président-élu sur la promesse de faire de la parité politique un enjeu de son quinquennat. Nous faisions part de nos inquiétudes au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron par voie de presse sur RTL du non-respect de cette promesse.

Sans grande surprise, nous relevons aujourd’hui qu’une seule femme, Sylvie GOULARD a été nommée à un poste régalien et qu’il n’y a pas de ministère des Droits des femmes, dans la continuité du quinquennat de François Hollande. Ce portefeuille est relégué à la qualité de secrétariat d’État, avec à sa tête Marlène SCHIAPPA. Aucune femme n’est nommée Ministre d’Etat et Sylvie GOULARD est quatrième de l’ordre protocolaire. Nous saluons la parité quantitative du gouvernement.

Emmanuel MACRON s’était engagé le 28 avril (cf tweet https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/858045179156148224)à un « ministère plein et entier des Droits des femmes ». La référente égalité femmes-hommes En Marche! Marlène SCHIAPPA avait promis lors d’un débat que le candidat Emmanuel Macron et son Premier ministre nommeraient un ou une Ministre des Droits des femmes. Cela constitue le premier reniement de Emmanuel Macron sur la question de l’égalité femmes-hommes.

Nous déplorons ce choix qui a été fait par le président de la République et le Premier ministre. Le positionnement du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne laissait annoncer que les femmes pourraient avoir des postes régaliens. Nous relevons que les appareils politiciens et les accords écartent de nombreuses femmes de ces postes, alors qu’elles disposent des mêmes compétences que les hommes.

En effet, le président de la République Emmanuel Macron s’est dit féministe; avait fait part de son souhait de mettre une femme premier Ministre en se faisant l’avocat d’un renouvellement du paysage politique et de la modernité. Cependant, dès les premiers jours de son quinquennat, il a nommé une équipe rapprochée 100% masculine, ce qui laissait présager le pire à venir.

Nous demandons un éclaircissement de la feuille de route de ce quinquennat sur l’égalité femmes-hommes et nous resterons vigilants sur les promesses faites par Emmanuel Macron.

Politiqu’elles est une association loi 1901 qui oeuvre à la promotion des femmes dans la politique et la société, et lutte contre le sexisme. Depuis novembre 2016, l’association est allée à la rencontre de tous les prétendants à la présidence de la République pour éclaircir les programmes pour l’égalité femmes-hommes.

Contact : contact@politiquelles.org 

[PRESSE] : Macron président : les associations féministes restent « vigilantes »

Emmanuel Macron

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française, plusieurs associations féministes manifestent leur réserve.

Retrouvez l’interview de Fatima EL OUASDI sur RTL

[TRIBUNE] : Féministes, nous ne voulons pas du Front national.

Marine Le pen

L’élection de Marine Le Pen à la présidentielle serait une défaite pour les femmes. Il ne suffit pas d’en être une pour défendre leurs droits. Son programme en est la négation même.

Fatima EL OUASDI, présidente-fondatrice de Politiqu’elles, signe aux côtés de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, et de nombreuses personnalités féministes, un appel à faire battre Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Cet appel est à retrouver sur le HuffPost Blog : Féministes, nous ne voulons pas du Front national. Nous votons Emmanuel Macron !

 

 

Présidentielle: quel est le meilleur programme pour les droits des femmes ?

Présidentielle 2017

Politiqu’elles a souhaité mettre la question de l’égalité femmes-hommes au cœur du débat présidentiel depuis le mois de novembre 2016. Pour cela, nous avons mené une enquête de plusieurs mois, à la rencontre des équipes de campagne, pour mesurer la volonté d’application des programmes derrière les candidats.

Nous avons rencontré 16 équipes de campagne depuis novembre, dont sept des onze candidats finalistes pour l’élection présidentielle : Nicolas DUPONT-AIGNAN, Marine LE PEN, Emmanuel MACRON, Benoit HAMON, Nathalie ARTHAUD, Jean-Luc MÉLENCHON Et François FILLON.

Le rapport complet est disponible ici : Femmes 2017 – Quel est le meilleur programme pour les droits des femmes  -> Femmes2017 – Rapport final

Le comparatif des programmes des candidats est également disponible 

Tous les candidats, à l’exception de Jean Lassalle, Jacques Cheminade et François Asselineau, ont un programme pour l’égalité femmes-hommes.

De cette enquête, nous relevons globalement une convergence des programmes et des équipes pour la lutte contre les violences faites contre les femmes et pour l’application concrète de l’égalité salariale.

Les points de clivage les plus importants relèvent de la laïcité, du partage des temps de vie (congé parental) et de la santé des femmes (IVG).

 

Le candidat qui a le programme le plus complet, à savoir, transversal sur toutes les questions liées à l’égalité femmes-hommes est Jean-Luc Mélenchon. Les candidats Emmanuel Macron et Benoit Hamon ont également une approche transversale sur le sujet, bien que moins complète que celle de Jean-Luc Mélenchon.

François Fillon et Marine Le Pen ont des points de convergence sur les mères isolées et la santé des femmes.

Nicolas Dupont-Aignan, bien que classé à droite, se révèle être un candidat qui s’intéresse aux droits des femmes avec un programme presque complet, bien que peu profond.
Version mobile du rapport

Politiqu’elles lance Femmes d’Avenir, un cycle de formations pour préparer de jeunes étudiantes à leur entrée sur le marché du travail

1
Première promotion Femmes d'Avenir

Alors que le plafond de verre est encore une réalité, alors que l’autocensure concerne encore trop de jeunes femmes au moment d’entrer sur le marché du travail et que les inégalités salariales et autres obstacles sont encore bien trop nombreux sur le parcours de femmes carriéristes, Politiqu’elles lance en janvier 2017 son premier cycle de formations Femmes d’Avenir.

Femmes d’Avenir c’est former la future génération de femmes leader en répondant à un double objectif :
1. Favoriser l’insertion professionnelle d’étudiantes en fin de cycle universitaire par le renforcement de compétences ciblées par les recruteurs
2. Diminuer l’autocensure des jeunes diplômées sur le marché du travail et dans la vie politique

Une vingtaine de jeunes étudiantes en Master au sein des universités parisiennes ont été sélectionnées pour leur motivation et leur potentiel. Elles se retrouveront un lundi sur deux pour rencontrer des professionnels intervenant sur des thèmes variés : leadership, prise de parole en public, gestion d’équipe, négociation salariale, networking, etc. Ce cycle est aussi l’occasion pour les participantes d’apprendre les unes des autres et de développer leur réseau au sein d’un groupe de jeunes femmes partageant des ambitions et intérêts communs.

La première rencontre se fera le lundi 31 janvier pour discuter des négociations salariales avec Mme Sandy Beky, Présidente de KyoSei Leadership et fondatrice de Model C®.

Politiqu’elles souhaite voir ce cycle de formations se répéter les années à venir en partenariat avec de nombreux intervenants du monde du travail et voir son groupe alumni s’agrandir de façon à former un véritable réseau de Femmes d’Avenir.

Contact : contact@politiquelles.org

Soutenez nos actions en faisant un don 

#FEMMES2017 : Compte-rendu des rencontres pour la primaire de la Belle Alliance Populaire

Rencontre avec Nessrine Menhaouara, responsable de l'égalité femmes-hommes de la campagne d'Arnaud Montebourg

Retrouvez ci-dessous le compte-rendu des rencontres avec quatre des équipes des candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire : Benoit Hamon, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg et Manuel Valls.

L’analyse des programmes se trouve dans le rapport publié précédemment : #FEMMES2017 : PRIMAIRE DE LA BELLE ALLIANCE POPULAIRE

Version mobile du rapport

#Femmes2017 : Primaire de la Belle Alliance Populaire

Rencontre avec Nessrine Menhaouara, responsable de l'égalité femmes-hommes de la campagne d'Arnaud Montebourg

Politiqu’elles publie au soir du troisième débat de la primaire de la Belle Alliance Populaire son rapport d’analyse sur les programmes des candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire – dite primaire de la gauche. Cela fait partie de son projet #Femmes2017, de mettre les femmes au coeur de la campagne présidentielle. Nous avons également regardé la féminisation des équipes de campagne.
Quelques statistiques du rapport : 9000 mots, 32 pages et plusieurs semaines de travail !

Version mobile du rapport

A l’instar du premier rapport sur la primaire de la droite et du centre publié en novembre dernier, nous recensons les propositions publiques des candidats et les analysons. Nous sommes allés à la rencontre des équipes de campagne des candidats à la primaire de la gauche, comme nous l’avions fait pour celle de la droite et du centre. Le compte-rendu de ces rencontres sera disponible ce week-end, avant le premier tour.

#Femmes2017 : Compte-rendu des rencontres pour la primaire de la droite et du centre

Rencontre avec l'équipe de campagne de Bruno Le Maire

Nous avons bouclé hier, jeudi 17 novembre, notre tournée des équipes de campagne des candidats à la primaire de la droite et du centre.

De ces rencontres, nous voulions adresser un livrable accessible au plus grand nombre, afin que chacune et chacun des votants à la primaire puisse mettre dans l’urne le candidat le plus engagé pour les droits des femmes.

Nous avons rédigé ce compte-rendu en intégrant plusieurs éléments :

– les propositions des candidats
– l’échange avec les équipes de campagne
– notre avis qualitatif global sur la rencontre et les propositions.

En effet, il était important pour nous d’aller au-delà de ce qui était disponible sur les sites internet et programmes des candidats. On peut raisonnablement penser qu’il est impossible qu’un candidat fasse campagne en hurlant « je suis pour le sexisme » par exemple. Un féminisme ou un semblant d’intérêt pour les femmes peut être feint par certains. Le but de ces échanges était pour nous l’occasion de faire part au plus grand nombre de notre expertise sur ces sujets, en décelant ces façades portées par les équipes. Vous trouverez au fil des compte-rendus des rencontres ces conclusions.

Version mobile du rapport

#Femmes2017 : tweetez sur ce hashtag vos propositions pour améliorer les droits des femmes en France et pour alerter les prétendants à la présidence de la République.

#Femmes2017 : Mettons les droits des femmes au coeur du débat présidentiel

1
Rencontre avec l'équipe de campagne de Bruno Le Maire

Politiqu’elles publie cette semaine un rapport sur la féminisation des équipes de campagne des candidats à la primaire de la droite et du centre, ainsi que plusieurs propositions pour améliorer la part des femmes dans le paysage politique français.

#Femmes2017 : tweetez sur ce hashtag vos propositions pour améliorer les droits des femmes en France et pour alerter les prétendants à la présidence de la République.

Version mobile du rapport

 

Depuis plusieurs semaines, nous sommes partis à la rencontre des équipes de campagne des candidats de la droite et du centre afin de leur présenter ce rapport, de recueillir les propositions des candidats pour les droits des femmes, et d’échanger sur les thèmes du sexisme, de la parité, ou des violences faites aux femmes. Notre tour des candidats s’achève ce jeudi 17 novembre, avec la rencontre de l’équipe du candidat Nicolas Sarkozy.

Nous avons eu des retours positifs de six sur sept équipes de campagne (dans l’ordre des rencontres) : Alain Juppé, Jean-François Copé, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon et Nicolas Sarkozy.

Nous constatons que les droits des femmes sont particulièrement oubliés dans cette campagne présidentielle. Très peu de candidats les mentionnent dans leur programme à la primaire. Avant nos rencontres, seul Bruno Le Maire faisait mention de quelques propositions. A la suite de notre rencontre avec Nathalie Baudry d’Asson des Femmes avec Juppé, le site du candidat Juppé a été mis à jour et le candidat Juppé a organisé une réunion publique sur le thème à Vienne début novembre. François Fillon et les Femmes avec Fillon présentent le programme du candidat à quelques jours du premier tour, ce mardi 15 novembre.

Pendant cette campagne de la primaire de la droite et du centre, au deuxième débat, la question très généraliste « Êtes vous pour la parité ? » a été posée par les journalistes. Bien évidemment, aucun des candidats n’aurait pu répondre par la négative, mais personne n’a présenté des propositions réfléchies.

Nous publierons vendredi les compte-rendus de chacune de ces rencontres pour vous permettre de choisir le potentiel prochain chef d’État qui prenne pleinement conscience de l’importance des droits des femmes en France.

Nous continuerons ce benchmark des candidats à la présidentielle pour la suite de cette campagne et ce jusqu’en avril 2017.