All posts in Actualité

RECORD ANNONCE DE FEMMES A L’ASSEMBLEE NATIONALE : UNE FEMME À LA PRÉSIDENCE DE L’ASSEMBLÉE

Panorama_de_l'hémicyle_de_l'assemblée_nationale

Avec 245 femmes en tête à l’issue du premier tour des législatives, l’Assemblée nationale est en passe de bientôt compter environ 40% de femmes députées. Politiqu’elles salue cette avancée, qui ferait passer la France de la 63e place mondiale pour le nombre de femmes députées à la 12e place, parmi des pays exemplaires sur le sujet de la parité dans les institutions parlementaires.

Toutefois, Politiqu’elles reste vigilante. Cette avancée est le fruit de la décision d’un seul mouvement, La République en marche !, LR et le PS préférant toujours payer des amendes plutôt que de présenter autant de femmes que d’hommes. Cette culture de la parité doit être présente dans tous les partis et il est fort dommage que le discours féministe et le montant des sanctions financières n’aient toujours pas conduit les autres partis de gouvernement à opérer une mutation sur le sujet, sans compter qu’un certain nombre de femmes investies l’est parfois dans des circonscriptions réputées peu gagnables. Le non-cumul des mandats a aussi eu pour conséquence de renouveler les candidates et candidats à ces élections législatives.

Si le résultat du premier tour se confirme lors du second, nous appelons à rester attentifs. La quasi-parité quantitative qui se profile doit également se vérifier dans la vie parlementaire quotidienne, notamment à la direction des commissions (leurs présidences sont paritaires depuis 2012), dans la composition des commissions (on compte beaucoup plus de femmes dans les commissions moins prestigieuses des familles, de l’environnement et de la culture et beaucoup moins dans les plus prisées comme les finances et les affaires étrangères), dans la répartition du temps de parole lors des débats ou encore dans le placement des sièges, la plupart étant reléguées hors-caméras.

L’affaire Baupin nous conduit par ailleurs à redemander la mise en place à l’Assemblée d’une structure indépendante des partis politiques afin que les femmes députées ou les collaboratrices parlementaires puissent dénoncer rapidement et en toute sécurité les comportements sexistes et les agressions de nature sexuelle.

Et si, pour poursuivre sur cette bonne voie, l’Assemblée décidait aussi d’élire enfin une femme à sa tête, après plus de deux siècles de présidence de Parlement 100% masculine ? Cela enverrait un signal positif, les élus qui parlent d’égalité salariale ou familiale devant eux-mêmes être exemplaires !

 

À ce titre, nous avons rejoint le projet Parité au pouvoir lancée par WAX Science, qui a rédigé le rapport « La Parité à l’Assemblée nationale : le data au service de l’égalité femmes – hommes » Grâce à l’analyse de données publiques de l’Assemblée, ils ont réussi à montrer que les femmes députées, outre leur faible nombre, cumulent moins de mandats dans le temps, sont moins bien placées dans l’Assemblée, siègent dans les commissions les moins prestigieuses et prennent moins la parole. Grâce à ce rapport et à des propositions que nous avons formulées, nous voulons mettre la parité au cœur de la prochaine législature. Ce rapport sera envoyé aux député.e.s de cette nouvelle législature dès le lendemain de leur élection.

 

Version mobile 
La parité à l’Assemblée nationale - le data au service de légalité femmes hommes

[Communiqué de presse] : ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Emmanuel Macron

ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Ce mercredi 17 mai le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la composition de son gouvernement, le premier sous la présidence d’Emmanuel Macron, président-élu sur la promesse de faire de la parité politique un enjeu de son quinquennat. Nous faisions part de nos inquiétudes au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron par voie de presse sur RTL du non-respect de cette promesse.

Sans grande surprise, nous relevons aujourd’hui qu’une seule femme, Sylvie GOULARD a été nommée à un poste régalien et qu’il n’y a pas de ministère des Droits des femmes, dans la continuité du quinquennat de François Hollande. Ce portefeuille est relégué à la qualité de secrétariat d’État, avec à sa tête Marlène SCHIAPPA. Aucune femme n’est nommée Ministre d’Etat et Sylvie GOULARD est quatrième de l’ordre protocolaire. Nous saluons la parité quantitative du gouvernement.

Emmanuel MACRON s’était engagé le 28 avril (cf tweet https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/858045179156148224)à un « ministère plein et entier des Droits des femmes ». La référente égalité femmes-hommes En Marche! Marlène SCHIAPPA avait promis lors d’un débat que le candidat Emmanuel Macron et son Premier ministre nommeraient un ou une Ministre des Droits des femmes. Cela constitue le premier reniement de Emmanuel Macron sur la question de l’égalité femmes-hommes.

Nous déplorons ce choix qui a été fait par le président de la République et le Premier ministre. Le positionnement du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne laissait annoncer que les femmes pourraient avoir des postes régaliens. Nous relevons que les appareils politiciens et les accords écartent de nombreuses femmes de ces postes, alors qu’elles disposent des mêmes compétences que les hommes.

En effet, le président de la République Emmanuel Macron s’est dit féministe; avait fait part de son souhait de mettre une femme premier Ministre en se faisant l’avocat d’un renouvellement du paysage politique et de la modernité. Cependant, dès les premiers jours de son quinquennat, il a nommé une équipe rapprochée 100% masculine, ce qui laissait présager le pire à venir.

Nous demandons un éclaircissement de la feuille de route de ce quinquennat sur l’égalité femmes-hommes et nous resterons vigilants sur les promesses faites par Emmanuel Macron.

Politiqu’elles est une association loi 1901 qui oeuvre à la promotion des femmes dans la politique et la société, et lutte contre le sexisme. Depuis novembre 2016, l’association est allée à la rencontre de tous les prétendants à la présidence de la République pour éclaircir les programmes pour l’égalité femmes-hommes.

Contact : contact@politiquelles.org 

[PRESSE] : Macron président : les associations féministes restent « vigilantes »

Emmanuel Macron

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française, plusieurs associations féministes manifestent leur réserve.

Retrouvez l’interview de Fatima EL OUASDI sur RTL

[TRIBUNE] : Féministes, nous ne voulons pas du Front national.

Marine Le pen

L’élection de Marine Le Pen à la présidentielle serait une défaite pour les femmes. Il ne suffit pas d’en être une pour défendre leurs droits. Son programme en est la négation même.

Fatima EL OUASDI, présidente-fondatrice de Politiqu’elles, signe aux côtés de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, et de nombreuses personnalités féministes, un appel à faire battre Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Cet appel est à retrouver sur le HuffPost Blog : Féministes, nous ne voulons pas du Front national. Nous votons Emmanuel Macron !

 

 

Présidentielle: quel est le meilleur programme pour les droits des femmes ?

Présidentielle 2017

Politiqu’elles a souhaité mettre la question de l’égalité femmes-hommes au cœur du débat présidentiel depuis le mois de novembre 2016. Pour cela, nous avons mené une enquête de plusieurs mois, à la rencontre des équipes de campagne, pour mesurer la volonté d’application des programmes derrière les candidats.

Nous avons rencontré 16 équipes de campagne depuis novembre, dont sept des onze candidats finalistes pour l’élection présidentielle : Nicolas DUPONT-AIGNAN, Marine LE PEN, Emmanuel MACRON, Benoit HAMON, Nathalie ARTHAUD, Jean-Luc MÉLENCHON Et François FILLON.

Le rapport complet est disponible ici : Femmes 2017 – Quel est le meilleur programme pour les droits des femmes  -> Femmes2017 – Rapport final

Le comparatif des programmes des candidats est également disponible 

Tous les candidats, à l’exception de Jean Lassalle, Jacques Cheminade et François Asselineau, ont un programme pour l’égalité femmes-hommes.

De cette enquête, nous relevons globalement une convergence des programmes et des équipes pour la lutte contre les violences faites contre les femmes et pour l’application concrète de l’égalité salariale.

Les points de clivage les plus importants relèvent de la laïcité, du partage des temps de vie (congé parental) et de la santé des femmes (IVG).

 

Le candidat qui a le programme le plus complet, à savoir, transversal sur toutes les questions liées à l’égalité femmes-hommes est Jean-Luc Mélenchon. Les candidats Emmanuel Macron et Benoit Hamon ont également une approche transversale sur le sujet, bien que moins complète que celle de Jean-Luc Mélenchon.

François Fillon et Marine Le Pen ont des points de convergence sur les mères isolées et la santé des femmes.

Nicolas Dupont-Aignan, bien que classé à droite, se révèle être un candidat qui s’intéresse aux droits des femmes avec un programme presque complet, bien que peu profond.
Version mobile du rapport

[REPLAY] : Conférence Cybersexisme : Comprendre & Agir

Cybersexisme Conférence

Retrouvez ci-dessous le replay de la conférence organisée par Politiqu’elles sur le thème du Cybersexisme avec l’intervention (dans l’ordre) de :

    • Aurélie LATOURES du Centre Hubertine Auclert,

    • Laure SALMONA du COLLECTIF FÉMINISTES CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT,

  • Fatima EL OUASDI, Présidente-fondatrice de Politiqu’elles

 

La vidéo:

 

[Conférence] Cybersexisme : Comprendre et Agir

CYBERSEXISMECOMPRENDRE & AGIR (1)

 

Politiqu’elles organise une conférence exceptionnelle sur l’émergence du cybersexisme comme nouvelle forme de violence faite contre les femmes.

Pour décrypter le phénomène, comprendre ses origines et agir contre cette forme de violence qui tue les femmes, nous recevons pour une table ronde :

– Laure SALMONA du COLLECTIF FÉMINISTES CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT. Elle présentera le collectif, ses actions et du cyberféminisme entre autres.
– Aurélie LATOURES du Centre Hubertine Auclert. Elle présentera l’association, l’enquête faite par le Centre Hubertine Auclert sur la thématique et les campagnes de sensibilisation entre autres.
– Fatima EL OUASDI, présidente de Politiqu’elles. Elle reviendra sur les méthodes d‘action sur les réseaux sociaux, notamment celle de janvier 2016, à la suite de laquelle, deux jeunes ont été interpellés pour avoir diffusé des images de viol sur Snapchat.

L’inscription est OBLIGATOIRE (DEUX BILLETERIES DIFFÉRENTES):

– PUBLIC ÉTUDIANT À SCIENCES PO (inscription sera confirmée par retour de mail) : https://www.helloasso.com/associations/politiqu-elles/evenements/conference-exceptionnelle-cybersexisme-comprendre-et-agir-2

– PUBLIC NON-ÉTUDIANT À SCIENCES PO (nombre limité de places – faites vite et inscrivez vous uniquement si vous êtes certain-e de pouvoir venir svp) : https://www.helloasso.com/associations/politiqu-elles/evenements/conference-exceptionnelle-cybersexisme-comprendre-et-agir

Politiqu’elles a saisi le CSA à la suite du passage de Catherine Deneuve dans Quotidien pour défendre Roman Polanski

Catherine Deneuve dans Quotidien

Politiqu’elles a saisi le CSA à la suite des propos suivants de Catherine Deneuve tenus jeudi 16 mars sur TMC dans l’émission Quotidien qui font l’apologie de la culture du viol et laissent entendre que Roman Poloski n’a pas violé Samantha Geimer, viol qu’il a avoué :

« Il y a eu des accords entre Roman Polanski et cette femme »
« C’est incroyable que ce soit des femmes, les femmes en général, qui viennent redonner un coup de marteau sur la porte pour le faire sortir »
« je ne comprends pas [que ça puisse choquer des féministes]. Je ne suis pas d’accord avec toutes ces féministes. C’est vraiment abusif »
« C’est une jeune fille qui avait été amenée chez Roman par sa mère, qui ne faisait pas son âge de toute façon. Imaginer qu’une fille de treize ans puisse faire quinze ou seize ans, il n’a pas demandé sa carte de visite. Il a toujours aimé les jeunes femmes. J’ai trouvé que le mot de viol avait été excessif »

Ces propos tenus à une heure de grande écoute nous rappellent que la culture du viol est toujours présente en France. Si la fille est violée, c’est forcément de sa faute, elle ne faisait pas son âge, et ça donnait le droit à « l’homme qui aime les jeunes femmes » de la droguer et de la violer.
Les journalistes doivent être vigilants en posant ces questions et en contredisant les personnes qui minimisent le viol qu’a commis Roman Polanski. Nous regrettons que Yann Barthès, pourtant parfois très incisif, n’ait pas davantage confronté Catherine Deneuve à la gravité des propos qu’elle a tenus.
Nous invitons les personnes qui ont été choquées par les propos à saisir le CSA pour qu’une enquête puisse être menée et des sanctions prises.

Le cycle de formations Femmes d’Avenir labellisé « Sexisme Pas Notre Genre »

Muriel de Saint-Sauveur - Femmes d'Avenir

Le cycle de formations Femmes d’Avenir lancé cette année par Politiqu’elles a été labellisé Sexisme Pas Notre Genre par le Ministère des Droits des femmes.

Femmes d’Avenir c’est former la future génération de femmes leader en répondant à un double objectif :

1. Favoriser l’insertion professionnelle d’étudiantes en fin de cycle universitaire par le renforcement de compétences ciblées par les recruteurs
2. Diminuer l’autocensure des jeunes diplômées sur le marché du travail et dans la vie politique

Une vingtaine de jeunes étudiantes en Master au sein des universités parisiennes ont été sélectionnées pour leur motivation et leur potentiel. Elles se retrouveront un lundi sur deux pour rencontrer des professionnels intervenant sur des thèmes variés : leadership, prise de parole en public, gestion d’équipe, négociation salariale, networking, etc. Ce cycle est aussi l’occasion pour les participantes d’apprendre les unes des autres et de développer leur réseau au sein d’un groupe de jeunes femmes partageant des ambitions et intérêts communs.

 

[Photos] : Revivez en images la journée d’actions du 8 mars

Femmes politiques, vêtements et pouvoir

Politiqu’elles a organisé une journée nationale d’action pour le 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes.

Paris

8 mars

  • « Speedexperting » à Radio France à l’occasion de la publication du nouveau site Les Expertes en présence du président de Radio France, Mathieu Gallet, de la présidente du Groupe Egaé, Caroline de Haas, avec la participation de Fatima El Ouasdi, présidente-fondatrice de Politiqu’elles à l’une des tables rondes d’expertes

 

 

  • Serment de Paris avec François Hollande

  • Conférence – Femmes politiques, vêtements et pouvoir

Femmes politiques, vêtements et pouvoir

Trois intervenants ont été invités par Politiqu’elles :

– Elizabeth Pineau, co-auteure du livre Le Vestiaire du Politique paru en 2016 avec Gaëtane Morin.

– Marie Beauchesne, la fondatrice d’Ypsylone, une ligne de vêtements féministe, dont les collections sont mensuelles et inspirées de femmes comme vous et nous. Le but, mettre en valeur des histoires plutôt que des physiques et créer des vêtements qui nous ressemblent.

– Gilles Attaf, PDG de Smuggler, dernier costumier de fabrication 100% française.

 

9 mars 

 

Point d’orgue de la campagne Sexisme Pas Notre Genre du Ministère des droits des femmes

La formation Femmes d’Avenir organisée par Politiqu’elles a été labellisée « Sexisme Pas Notre Genre » par le Ministère des droits des femmes

 

Dijon

8 mars

Le groupe local Politiqu’elles – Dijon a organisé un atelier photos avec les gens du campus. Au total, une cinquantaine de personnes se sont prises en photo.

 

Reims

8 mars

 Rue Théodore Dubois à Reims, le groupe local rémois de Politiqu’elles s’est associé avec l’association La Salle d’attente pour un collage éphémère célébrant les femmes.

Le Pouvoir en Partage à Reims

Fin mars – Semaine de l’égalité 

Pendant toute la semaine, les associations pour l’égalité femmes-hommes du campus rémois de Sciences Po organise des conférences, des worshops, des screenings, des discussions…

Nancy 

8 Mars

Exposition d’une galerie de portraits de personnes modèles ou oeuvrant pour l’égalité femmes-hommes par le groupe local Nancy de Politiqu’elles