Actualités

[Communiqué de Presse] Réponse du CSA à la saisine de Politiqu’elles sur les propos de Catherine Deneuve dans Quotidien

Catherine Deneuve dans Quotidien

Politiqu’elles annonçait en mars dernier avoir saisi le CSA après les propos tenus par Catherine Deneuve faisant l’apologie de la culture du viol.

« Il y a eu des accords entre Roman Polanski et cette femme »
« C’est incroyable que ce soit des femmes, les femmes en général, qui viennent redonner un coup de marteau sur la porte pour le faire sortir »
« je ne comprends pas [que ça puisse choquer des féministes]. Je ne suis pas d’accord avec toutes ces féministes. C’est vraiment abusif »
« C’est une jeune fille qui avait été amenée chez Roman par sa mère, qui ne faisait pas son âge de toute façon. Imaginer qu’une fille de treize ans puisse faire quinze ou seize ans, il n’a pas demandé sa carte de visite. Il a toujours aimé les jeunes femmes. J’ai trouvé que le mot de viol avait été excessif »

Juste après avoir pris connaissance de la teneur de sa déclaration, nous avions saisi le CSA pour faire part de notre inquiétude quant à l’absence de contradiction de Yann Barthès, présentateur de l’émission.

Voici la réponse du CSA reçue le 4 juillet :

 

« Vous avez saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel à la suite des propos tenus par Catherine Deneuve dans l’émission Quotidien diffusée le 16 mars 2017, sur TMC, au sujet de l’affaire concernant Roman Polanski et Samantha Geimer. Vous dénoncez la tenue de propos tenus faisant l’apologie de la culture du viol et tendant à minimiser la responsabilité des auteurs de tels actes. Vous déplorez également que l’animateur n’ait pas davantage maîtrisé son antenne en soulignant la gravité des propos tenus par l’invitée.

Lors de sa séance du 21 juin 2017, le Conseil a examiné la séquence litigieuse.

Le Conseil a estimé que les propos tenus par l’invitée sont déplacés et véhiculent des préjugés rétrogrades concernant les auteurs de viol et leurs victimes ; pour autant, prenant en compte l’intervention de l’animateur, le Conseil a considéré que la chaîne n’avait pas manqué à ses obligations en matière de respect de l’image des femmes.

Je tiens à vous assurer que le respect des droits des femmes dans les programmes télévisés est une préoccupation constante du Conseil. »

Politiqu’elles remercie le CSA d’avoir examiné notre demande. Cependant, nous jugeons l’absence de sanction décevante. La réaction de Yann Barthes face aux propos de Catherine Deneuve faisant l’apologie de la culture du viol est très insuffisante. Nous regrettons que de tels propos puissent être tenus sans aucune contradiction à une heure de grande écoute et devant un public jeune. Yann Barthes et TMC auraient dû s’excuser et a minima se désolidariser.
Il y a un décalage entre la ligne éditoriale de Quotidien, se revendiquant moderne et progressiste, et l’intervention de Catherine Deneuve, l’une des personnalités les plus invitées dans l’histoire de l’émission.
Politiqu’elles continuera de se mobiliser contre la culture du viol et toute forme de sexisme dans les médias, en saisissant le CSA si nécessaire. Nous continuerons aussi à promouvoir la place des femmes dans les médias, leur représentation est une de nos priorités.

Le CSA, contacté par BuzzFeed, justifie plus en détails sa décision :

Le CSA explique que les interventions de l’animateur «allaient dans le sens de tenter de faire prendre conscience à son interlocutrice que ses propos pouvaient être choquants.»

«Le conseil a considéré que les relances et le ton qui avait été employé par l’animateur permettaient d’avoir une distance par rapport à ce qui était dit.»

Le CSA rappelle que ce qu’il doit éventuellement sanctionner n’est pas tel ou tel propos d’une personne en particulier, mais la «maîtrise de l’antenne». «Il est possible de tenir à l’antenne des propos qui peuvent être considérés comme choquants mais il faut que vous ayez un élément de contradiction. On entérine les manquements quand il n’y a pas de maîtrise de l’antenne et que personne ne minore ou ne fait comprendre à l’interlocuteur que ses propos n’ont pas lieu d’être.»

 

[PÉTITION] : Réponse du Secrétariat d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes

simone veil

Réponse du Secrétariat d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes

Politiqu’elles a fait parvenir hier soir la liste des 140 000 signataires d’une pétition pour la panthéonisation de Simone Veil, à la veille de l’entretien entre Marlène Schiappa et le Premier ministre. Le courriel accompagnant la pétition précisait que la panthéonisation pouvait prendre la forme d’une pose d’une plaque comme pour Aimé Césaire, étant donné que Simone Veil sera inhumée mercredi aux côtés de son mari au Cimetière du Montparnasse.

Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, nous a annoncé avoir entrepris, dès vendredi dernier, une démarche pour la panthéonisation de Simone Veil auprès du Président de la République.

Le courriel adressé par Politiqu’elles à la Ministre Marlène Schiappa :

« Madame la Ministre,

Chère Marlène,

Le décès de Simone Veil a profondément marqué les jeunes membres de l’association Politiqu’elles, mais également des milliers de personnes, en France et à l’étranger. C’est très spontanément que nous avons lancé une pétition vendredi midi afin de préserver et protéger l’héritage de Simone Veil. Cette pétition demande son entrée au Panthéon. Elle deviendrait alors la cinquième femme à recevoir cet honneur de la République. Lancer cette pétition c’est être reconnaissant.e de son héritage pour l’Europe et les Droits des femmes. 

Cette pétition est une parmi tant d’autres. Plusieurs pétitions ont été lancées spontanément par les citoyennes et citoyens de notre pays. Nous avons réussi à unir nos forces avec une pétition ayant recueilli 10 000 signatures. Nous ne sommes que les porte-paroles d’une grande partie de l’opinion publique qui souhaiterait voir Simone Veil au Panthéon. 
Dans votre agenda est inscrite une rencontre avec le Premier ministre demain matin à 9h30. Au nom des personnes qui ont signé la pétition, l’association Politiqu’elles souhaiterait que cette pétition puisse être évoquée lors de ce rendez-vous. Nous vous transmettons par la présente la liste électronique des signataires. Nous avons passé le cap des 130 000 signatures en fin d’après-midi, à cela nous ajoutons la pétition ayant recueilli 10 000 signatures. Cela porte le décompte à 140 000 signataires – la mobilisation ne faiblit pas. 

Notre pétition défend notamment depuis le début que cette panthéonisation se fasse avec l’accord de la famille, même si celle-ci n’est pas synonyme d’inhumation de Simone Veil au Panthéon, elle peut prendre la forme d’une pose de plaque portant son nom. 

Nous souhaiterions que vous portiez notre voix, celle des associations féministes et celle des dizaines de milliers de personnes qui ont soutenu cette pétition auprès du Président de la République et du Premier ministre. La République a besoin d’un « matrimoine » avec des femmes comme Simone Veil. 

Nous souhaiterions vous remettre en main propre la liste finale des signataires et évoquer ensemble les moyens de rendre hommage à Simone Veil sur les prochains mois sous la forme d’un travail de mémoire de concert avec les associations. « 

Nous avons reçu ce midi une réponse de son cabinet :

« Nous avons reçu avec grand intérêt votre pétition. Sachez que la Ministre avait également de son côté entrepris une démarche en ce sens auprès du Président de la République dès vendredi dernier.

Espérant que celle-ci porte ses fruits, nous vous tiendrons informée très prochainement de ce qu’il sera décidé de faire, en lien avec la famille de Madame Simone Veil. »

La pétition portée par Politiqu’elles reçoit aujourd’hui le soutien officiel du magazine féministe et engagé Causette. La pétition a été soutenue également par Laurence Rossignol, ancienne Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

Contact presse: contact@politiquelles.org

[PETITION] LE PANTHÉON POUR SIMONE VEIL

simone veil

Communiqué de presse

Simone Veil nous a quittés ce vendredi 30 juin 2017. Elle a porté courageusement une loi qui a fait sortir des milliers de femmes de la clandestinité de l’IVG. L’IVG est encore contestée aujourd’hui par certains, qui multiplient la violence et l’agressivité des campagnes contre ce droit difficilement acquis.

La patrie est elle vraiment reconnaissante des grandes femmes de son histoire ?
Simone Veil, pour sa vie et son parcours de survivante de la Shoah, d’avocate pour les Droits des femmes et d’européenne mérite le Panthéon.

La décision de la panthéonisation revient au Président de la République, Emmanuel Macron. Si cela est conforme aux volontés de Simone Veil, nous souhaiterions qu’elle soit panthéonisée et devienne la cinquième femme à avoir cet honneur.

RECORD ANNONCE DE FEMMES A L’ASSEMBLEE NATIONALE : UNE FEMME À LA PRÉSIDENCE DE L’ASSEMBLÉE

Panorama_de_l'hémicyle_de_l'assemblée_nationale

Avec 245 femmes en tête à l’issue du premier tour des législatives, l’Assemblée nationale est en passe de bientôt compter environ 40% de femmes députées. Politiqu’elles salue cette avancée, qui ferait passer la France de la 63e place mondiale pour le nombre de femmes députées à la 12e place, parmi des pays exemplaires sur le sujet de la parité dans les institutions parlementaires.

Toutefois, Politiqu’elles reste vigilante. Cette avancée est le fruit de la décision d’un seul mouvement, La République en marche !, LR et le PS préférant toujours payer des amendes plutôt que de présenter autant de femmes que d’hommes. Cette culture de la parité doit être présente dans tous les partis et il est fort dommage que le discours féministe et le montant des sanctions financières n’aient toujours pas conduit les autres partis de gouvernement à opérer une mutation sur le sujet, sans compter qu’un certain nombre de femmes investies l’est parfois dans des circonscriptions réputées peu gagnables. Le non-cumul des mandats a aussi eu pour conséquence de renouveler les candidates et candidats à ces élections législatives.

Si le résultat du premier tour se confirme lors du second, nous appelons à rester attentifs. La quasi-parité quantitative qui se profile doit également se vérifier dans la vie parlementaire quotidienne, notamment à la direction des commissions (leurs présidences sont paritaires depuis 2012), dans la composition des commissions (on compte beaucoup plus de femmes dans les commissions moins prestigieuses des familles, de l’environnement et de la culture et beaucoup moins dans les plus prisées comme les finances et les affaires étrangères), dans la répartition du temps de parole lors des débats ou encore dans le placement des sièges, la plupart étant reléguées hors-caméras.

L’affaire Baupin nous conduit par ailleurs à redemander la mise en place à l’Assemblée d’une structure indépendante des partis politiques afin que les femmes députées ou les collaboratrices parlementaires puissent dénoncer rapidement et en toute sécurité les comportements sexistes et les agressions de nature sexuelle.

Et si, pour poursuivre sur cette bonne voie, l’Assemblée décidait aussi d’élire enfin une femme à sa tête, après plus de deux siècles de présidence de Parlement 100% masculine ? Cela enverrait un signal positif, les élus qui parlent d’égalité salariale ou familiale devant eux-mêmes être exemplaires !

 

À ce titre, nous avons rejoint le projet Parité au pouvoir lancée par WAX Science, qui a rédigé le rapport « La Parité à l’Assemblée nationale : le data au service de l’égalité femmes – hommes » Grâce à l’analyse de données publiques de l’Assemblée, ils ont réussi à montrer que les femmes députées, outre leur faible nombre, cumulent moins de mandats dans le temps, sont moins bien placées dans l’Assemblée, siègent dans les commissions les moins prestigieuses et prennent moins la parole. Grâce à ce rapport et à des propositions que nous avons formulées, nous voulons mettre la parité au cœur de la prochaine législature. Ce rapport sera envoyé aux député.e.s de cette nouvelle législature dès le lendemain de leur élection.

 

Version mobile 
La parité à l’Assemblée nationale - le data au service de légalité femmes hommes

[Communiqué de presse] : ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Emmanuel Macron

ABSENCE DE MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, PREMIER RENIEMENT DU QUINQUENNAT D’EMMANUEL MACRON

Ce mercredi 17 mai le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la composition de son gouvernement, le premier sous la présidence d’Emmanuel Macron, président-élu sur la promesse de faire de la parité politique un enjeu de son quinquennat. Nous faisions part de nos inquiétudes au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron par voie de presse sur RTL du non-respect de cette promesse.

Sans grande surprise, nous relevons aujourd’hui qu’une seule femme, Sylvie GOULARD a été nommée à un poste régalien et qu’il n’y a pas de ministère des Droits des femmes, dans la continuité du quinquennat de François Hollande. Ce portefeuille est relégué à la qualité de secrétariat d’État, avec à sa tête Marlène SCHIAPPA. Aucune femme n’est nommée Ministre d’Etat et Sylvie GOULARD est quatrième de l’ordre protocolaire. Nous saluons la parité quantitative du gouvernement.

Emmanuel MACRON s’était engagé le 28 avril (cf tweet https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/858045179156148224)à un « ministère plein et entier des Droits des femmes ». La référente égalité femmes-hommes En Marche! Marlène SCHIAPPA avait promis lors d’un débat que le candidat Emmanuel Macron et son Premier ministre nommeraient un ou une Ministre des Droits des femmes. Cela constitue le premier reniement de Emmanuel Macron sur la question de l’égalité femmes-hommes.

Nous déplorons ce choix qui a été fait par le président de la République et le Premier ministre. Le positionnement du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne laissait annoncer que les femmes pourraient avoir des postes régaliens. Nous relevons que les appareils politiciens et les accords écartent de nombreuses femmes de ces postes, alors qu’elles disposent des mêmes compétences que les hommes.

En effet, le président de la République Emmanuel Macron s’est dit féministe; avait fait part de son souhait de mettre une femme premier Ministre en se faisant l’avocat d’un renouvellement du paysage politique et de la modernité. Cependant, dès les premiers jours de son quinquennat, il a nommé une équipe rapprochée 100% masculine, ce qui laissait présager le pire à venir.

Nous demandons un éclaircissement de la feuille de route de ce quinquennat sur l’égalité femmes-hommes et nous resterons vigilants sur les promesses faites par Emmanuel Macron.

Politiqu’elles est une association loi 1901 qui oeuvre à la promotion des femmes dans la politique et la société, et lutte contre le sexisme. Depuis novembre 2016, l’association est allée à la rencontre de tous les prétendants à la présidence de la République pour éclaircir les programmes pour l’égalité femmes-hommes.

Contact : contact@politiquelles.org 

[PRESSE] : Macron président : les associations féministes restent « vigilantes »

Emmanuel Macron

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française, plusieurs associations féministes manifestent leur réserve.

Retrouvez l’interview de Fatima EL OUASDI sur RTL

[TRIBUNE] : Féministes, nous ne voulons pas du Front national.

Marine Le pen

L’élection de Marine Le Pen à la présidentielle serait une défaite pour les femmes. Il ne suffit pas d’en être une pour défendre leurs droits. Son programme en est la négation même.

Fatima EL OUASDI, présidente-fondatrice de Politiqu’elles, signe aux côtés de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, et de nombreuses personnalités féministes, un appel à faire battre Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Cet appel est à retrouver sur le HuffPost Blog : Féministes, nous ne voulons pas du Front national. Nous votons Emmanuel Macron !

 

 

Présidentielle: quel est le meilleur programme pour les droits des femmes ?

Présidentielle 2017

Politiqu’elles a souhaité mettre la question de l’égalité femmes-hommes au cœur du débat présidentiel depuis le mois de novembre 2016. Pour cela, nous avons mené une enquête de plusieurs mois, à la rencontre des équipes de campagne, pour mesurer la volonté d’application des programmes derrière les candidats.

Nous avons rencontré 16 équipes de campagne depuis novembre, dont sept des onze candidats finalistes pour l’élection présidentielle : Nicolas DUPONT-AIGNAN, Marine LE PEN, Emmanuel MACRON, Benoit HAMON, Nathalie ARTHAUD, Jean-Luc MÉLENCHON Et François FILLON.

Le rapport complet est disponible ici : Femmes 2017 – Quel est le meilleur programme pour les droits des femmes  -> Femmes2017 – Rapport final

Le comparatif des programmes des candidats est également disponible 

Tous les candidats, à l’exception de Jean Lassalle, Jacques Cheminade et François Asselineau, ont un programme pour l’égalité femmes-hommes.

De cette enquête, nous relevons globalement une convergence des programmes et des équipes pour la lutte contre les violences faites contre les femmes et pour l’application concrète de l’égalité salariale.

Les points de clivage les plus importants relèvent de la laïcité, du partage des temps de vie (congé parental) et de la santé des femmes (IVG).

 

Le candidat qui a le programme le plus complet, à savoir, transversal sur toutes les questions liées à l’égalité femmes-hommes est Jean-Luc Mélenchon. Les candidats Emmanuel Macron et Benoit Hamon ont également une approche transversale sur le sujet, bien que moins complète que celle de Jean-Luc Mélenchon.

François Fillon et Marine Le Pen ont des points de convergence sur les mères isolées et la santé des femmes.

Nicolas Dupont-Aignan, bien que classé à droite, se révèle être un candidat qui s’intéresse aux droits des femmes avec un programme presque complet, bien que peu profond.
Version mobile du rapport

[REPLAY] : Conférence Cybersexisme : Comprendre & Agir

Cybersexisme Conférence

Retrouvez ci-dessous le replay de la conférence organisée par Politiqu’elles sur le thème du Cybersexisme avec l’intervention (dans l’ordre) de :

    • Aurélie LATOURES du Centre Hubertine Auclert,

    • Laure SALMONA du COLLECTIF FÉMINISTES CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT,

  • Fatima EL OUASDI, Présidente-fondatrice de Politiqu’elles

 

La vidéo:

 

[Conférence] Cybersexisme : Comprendre et Agir

CYBERSEXISMECOMPRENDRE & AGIR (1)

 

Politiqu’elles organise une conférence exceptionnelle sur l’émergence du cybersexisme comme nouvelle forme de violence faite contre les femmes.

Pour décrypter le phénomène, comprendre ses origines et agir contre cette forme de violence qui tue les femmes, nous recevons pour une table ronde :

– Laure SALMONA du COLLECTIF FÉMINISTES CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT. Elle présentera le collectif, ses actions et du cyberféminisme entre autres.
– Aurélie LATOURES du Centre Hubertine Auclert. Elle présentera l’association, l’enquête faite par le Centre Hubertine Auclert sur la thématique et les campagnes de sensibilisation entre autres.
– Fatima EL OUASDI, présidente de Politiqu’elles. Elle reviendra sur les méthodes d‘action sur les réseaux sociaux, notamment celle de janvier 2016, à la suite de laquelle, deux jeunes ont été interpellés pour avoir diffusé des images de viol sur Snapchat.

L’inscription est OBLIGATOIRE (DEUX BILLETERIES DIFFÉRENTES):

– PUBLIC ÉTUDIANT À SCIENCES PO (inscription sera confirmée par retour de mail) : https://www.helloasso.com/associations/politiqu-elles/evenements/conference-exceptionnelle-cybersexisme-comprendre-et-agir-2

– PUBLIC NON-ÉTUDIANT À SCIENCES PO (nombre limité de places – faites vite et inscrivez vous uniquement si vous êtes certain-e de pouvoir venir svp) : https://www.helloasso.com/associations/politiqu-elles/evenements/conference-exceptionnelle-cybersexisme-comprendre-et-agir